La Fée, la pie et le printemps _ Elisabeth Ebory

Bonjour à tous et bienvenue sur Merveilles Livresques ! Lors de la dernière masse critique de Babelio, j’ai eu la chance d’être sélectionnée pour lire ce roman, qui me faisait très envie depuis sa sortie. Voyons ce que j’ai pensé de cette lecture enchanteresse !

En Angleterre, les légendes ont été mises sous clé depuis longtemps. La fée Rêvage complote pour détruire cette prison et retrouver son pouvoir sur l’humanité. Elle a même glissé un changeling dans le berceau de la reine…

Mais Philomène, voleuse aux doigts de fée, croise sa route. Philomène fait main basse sur une terrible monture, des encres magiques, un chaudron d’or et même cette drôle de clé qui change de forme sans arrêt. Tant pis si les malédictions se collent à elle comme son ombre… Philomène est davantage préoccupée par ses nouveaux compagnons parmi lesquels un assassin repenti et le pire cuisinier du pays. Tous marchent vers Londres avec, en poche, le secret le plus précieux du royaume.


L’univers de ce roman est la première chose qui m’a plu et qui m’a interpellé. C’est un monde avec des fées et autres créatures du folklore, contraintes de se cacher des humains. L’Histoire de leur peuple n’est pas racontée explicitement mais on glane des informations par ci et par là et cela a son importance pour l’intrigue. On apprend ainsi que les fées sont coincées dans leur monde et qu’il y a un passif avec le monde des hommes. J’ai apprécié la mythologie des fées, ce sont des fées comme on peut en rencontrer dans les contes. Ce n’est pas la fée Clochette quoi (même si j’aime beaucoup la fée Clochette ne vous méprenez pas).

L’intrigue de ce roman est plutôt intéressante même si j’ai trouvé qu’elle se terminait un peu rapidement. En effet, l’histoire avance à un certain rythme pendant tout le roman et ça se précipite un peu (trop) vers la fin. Que ce soit pour l’intrigue générale ou les personnages et ce qu’ils apprennent sur eux-mêmes. Pour tout vous dire, quand j’ai vu qu’il restait une cinquantaine de pages je me suis vraiment demandé comment l’autrice allait clore l’histoire, et même s’il n’y avait pas une suite… Finalement ça se clôt tout à fait, et de manière plutôt cohérente, mais vraiment trop rapide.

Du côté des personnages, j’aurais aimé en découvrir certains un peu plus profondément. Philomène est vraiment plus approfondis que les autres et franchement j’aimerai en apprendre plus sur eux tous. Comme je disais au dessus, avec le côté précipitée de la fin, on en apprend beaucoup sur certains dans les 30 dernières pages mais du coup c’est peu utilisé. Néanmoins, j’ai aimé le fait qu’au départ on ne distingue pas vraiment quels personnages sont des antagonistes ou pas.

Le style est très particulier mais m’a plutôt bien plu. Cela fait très conte et le rythme rend la lecture plutôt poétique par moment, et parfois ça fait un peu sortilège. Le bémol c’est que ça allège (à mon sens) le récit par moment, mais au moins c’est vraiment original et agréable à lire !

En bref, une lecture qui m’a globalement bien plu malgré quelques bémols. J’ai aimé l’originalité de l’histoire et dans la plume de l’autrice.

Publicités
Comments
2 Responses to “La Fée, la pie et le printemps _ Elisabeth Ebory”
  1. plumesdelune dit :

    Ah le voilà l’avis ! Il est trop joli ce bouquin ! Du coup ton avis m’intrigue un peu ! A voir !
    Des bises
    Kin

  2. Même si je suis totalement amoureuse de la couverture, je ne pense pas qu’il sera pour moi…

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :