Les survivants d’Aglot _ Delphine Biaussat

Bonjour à tous, et bienvenue sur Merveilles Livresques. Aujourd’hui, je viens vous parler d’un service presse que j’ai reçu courant juillet. À la base, vous auriez dû avoir cette chronique courant août . Néanmoins, j’ai eu quelques soucis d’organisations, donc voici enfin mon avis sur ce court roman. Merci à Delphone Biaussat et à Evidence Editions pour ce service presse !

 

 

C’est la catastrophe à Aglot : les morts se relèvent ! Ils détruisent tout sur leur passage. Anthony, nouveau gardien à la prison de la ville, et Emilie, l’une des détenues, vont coopérer pour survivre. Entre tensions et révélations, ils vont tenter de percer le mystère de cette invasion. Réussiront-ils à sauver les citoyens, et envisager un avenir heureux ?

 


 

L’histoire de Les Survivants d’Aglot est plutôt sympathique. Dès le début du roman nous sommes plongés dans l’action, et cette action, vous l’aurez compris, implique des zombies. L’histoire va se dérouler dans autour d’un petit village et nous ressentons bien, comme les personnages, la sensation d’être enfermé. L’intrigue se tient, mais est parfois un peu prévisible… Cela est sûrement dû au format du roman, qui est assez court, et qui ne permet pas de s’appesantir sur certains aspects. C’est dommage car l’autrice prend parfois des raccourcis et cela donne l’impression que l’intrigue est résolue trop facilement. Malgré tout ça, cela reste un roman qui se lit vite et je ne me suis pas ennuyée à la lecture.

Les zombies, on connait bien. C’est un thème difficile à traiter, du moins difficile à traiter de manière originale. Ici, j’ai trouvé que l’autrice s’en sortait plutôt bien ! Si, sur la forme, les zombies sont semblables à ceux que l’on a l’habitude de voir, sur le fond, ils ont un background différent. Ici, l’autrice va introduire une origine liée à l’occulte et à des trucs du genre (j’évite d’en dire trop pour ne pas vous spoiler hein) et c’est vraiment sympa. On retrouve aussi le principe de ruche et de reine des zombies et j’aime plutôt bien cet aspect. Cependant, les zombies sont parfois un peu trop facile à tuer, une remarque qui revient souvent à propos de ce roman.

Au début du roman nous rencontrons le personnage d’Emilie, actuellement en prison. Dès le départ il y a un mystère qui est posé autour de la raison de sa présence. En parrallèle, nous suivons Anthony, un gardien. Forcés de collaborer quand la prison est attaquée par des zombies, nous allons suivre l’histoire de leurs deux points de vues. L’alternance, à la première personne, entre les deux personnages est assez intéressante. Il n’y avait pas de disparité entre les deux, et je n’ai pas eu l’impression qu’un des deux prenait le pas sur l’autre. C’était assez intéressant d’être dans leurs esprits pendant certains moments. Après, cela sert à la rapidité de l’intrigue et à celle de leur relation.. J’en dirai pas plus.

Le style est plutôt sobre. L’alternance des points de vus amène un rythme assez sympathique, mais comme précisé plus haut certains points de l’intrigue sont résolus trop vite.

 

En bref, un court roman zombiesque plutôt sympathique, qui se lit rapidement et avec intérêt malgré un aspect trop lisse et trop “facile” de l’intrigue.

Publicités
Comments
3 Responses to “Les survivants d’Aglot _ Delphine Biaussat”
  1. plumesdelune dit :

    Yay des zombies !!! Bon après je suis pas hyper convaincue par le synopsis, ça semble assez classique …

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :